colère des hommes
Conférence sur la condition masculine et la santé mentale. Consultations en créativité auteur, conférencier et consultant en créativité
  • Un conférencier, une mission

  • 
    Site web créé et réalisé par Carl Rioux : Sifacile.ca. ( CarlRioux@Sifacile.ca )
    14/12/2017



    ANDREIA : Le propre de l’homme courageux pouvant pousser jusqu’à l’audace insensée.

    Eschyle, Les Sept contre Thèbes, en 467.

    (Histoire de la Virilité Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine et Georges Vigarello, Editions du Seuil)

    Jacques Charland

    Lorsqu’Homère, le poète grec né en l’an -800 et mort en l’an -740 voulait qualifier les agissements de l’homme, il disait : « l’homme dispose d’un thumos, une volonté, un désir qu’il lui appartient de contrôler mais qui peut le conduire à une violence excessive.»

    À l’heure où les médias font d’un meurtrier une vedette qui nécessiterait plutôt d’une mise en action d’un plan de soins des plus urgents. En étalant ainsi sa photo d’une manière excessive, nous contribuons et devenons complices de sa pathologie narcissique. En embarquant, de cette façon, dans sa souffrance on ne peut plus « histrionique », nous faisons plutôt l’apologie du tueur, ce qui est à mon avis une scandaleuse injure à la victime de ses atrocités.

    À l’heure où un père ne veut plus souffrir seul et décide de tuer ses deux enfants. Cela consiste en fait à se donner la permission de transférer toute sa souffrance sur son ex-femme… la mère de ses enfants… Là aussi cessons de faire l’apologie de sa santé « mentale » qui est beaucoup plus fragile qu’on veuille bien nous le faire croire et mettons-nous à l’œuvre pour comprendre enfin la souffrance des hommes! Car de la souffrance chez les hommes, il y en a… l’excessif de notre ANDREIA est toujours là…

    Je dois dire que très jeune, la vie m’a choqué, m’a contraint d’ouvrir les yeux et continuera certainement de le faire jusqu’à mon dernier souffle; sans doute pour tâcher d’échapper à la « bêtise humaine ». Heurté, interpellé surtout par le comportement des hommes qui m’entouraient et je dis « nous » les hommes car ce sujet me concerne directement m’incluant bien sûr dans cette moitié de l’humanité.

    La parution de mon premier livre, an mars 2011, un Manifeste sur la Condition Masculine, est l’occasion qu’ensemble nous puissions réfléchir et ouvrir un débat franc et musclé sur la souffrance des hommes. Une souffrance encore très mal comprise dans notre société. Tout s’est mis en place, les portes se sont ouvertes sur l’opportunité de démarrer ce débat par le biais de conférences dont le cœur de mon propos est justement le « Transfert de souffrances », l’ANDREIA de l’homme moderne.

    Là où la culture de guerre n’exige plus qu’il y ait une guerre pour tuer,puisque l’homme ne tolère pas très longtemps d’être en guerre contre lui-même.

    On a du boulot! Pas grand chose ne se dit sur ce phénomène vieux comme le monde et pendant que l’homme ne soigne toujours pas sa détresse, il transfert cette souffrance sur son entourage et nous prive à jamais d’êtres parfois dotés d’une exemplaire humanité. On en voit les résultats désastreux présentement.

    Tant que l’homme gardera silence sur des abus subis plus jeune, tant que les pères continueront à briller par leur absence, nos jeunes ne deviendront pas des hommes et se construiront une identité fragile, multiplieront les doutes sur leur virilité, deviendront prisonniers de leur témérité ou s’enfermeront dans la honte…

    Quand cette honte deviendra-t-elle ingérable?

    Que se passera-t-il lorsqu’elle le deviendra?

    Nous l’apprenons aux bulletins de nouvelles, dans les faits divers… malheureusement trop tard.

    Si le sujet vous interpelle aussi, je suis disponible pour qu’ensemble nous mettions à l’ordre du jour un sujet urgent à débattre… ma mission.

    Jacques Charland

    
    Accueil Contact et commentaires Liens externes Prochains rendez-vous| Publications | Conférences | Entrevues | Faits Divers | Bibliographie | Parcours