colère des hommes
Conférence sur la condition masculine et la santé mentale. Consultations en créativité auteur, conférencier et consultant en créativité
  • Journaux et périodiques

  • 
    Site web créé et réalisé par Carl Rioux : Sifacile.ca. ( CarlRioux@Sifacile.ca )
    14/12/2017







    Denis-Daniel Boullé, Vie et réflexion, Fugues - avril 2011


    Si l’on s’est beaucoup intéressé à la condition féminine, rares sont les ouvrages qui osent aborder la condition masculine. En fait, ces livres tentent le plus souvent de nous montrer les grandeurs et misères des hommes d’aujourd’hui en s’inquiétant de la perte de virilité et de pouvoir de ces derniers.


    Et ne me dites pas que ma colère et rose


    Ce qui, il faut bien en convenir, est encore loin d’être le cas. Mais peut-on s’intéresser aux hommes sans tomber dans des clichés? En montrer la face cachée, ou disons une facette qui tente de s’exprimer, d’exister mais pas toujours de la meilleure façon? C’est ce que Jacques Charland expose dans son manifeste pour appeler une véritable prise de conscience de la souffrance que peuvent ressentir les hommes.

    Souffrance qu’ils ne savent pas exprimer, et souffrance que les autres ne veulent pas entendre. Et pourtant, en s’affranchissant des barrières liées à l’éducation et à une représentation sociale caduque de la masculinité, les rapports des hommes entre eux et avec les femmes pourraient, selon l’auteur, changer. «J’ai eu la chance de travailler en santé mentale. Et là, j’ai pu rencontrer cette souffrance. Pour moi, cette souffrance, quand elle ose s’exprimer différemment de la violence ou de la colère, c’est toujours l’occasion de montrer que l’on peut construire un avenir autrement.»

    Pour l’auteur, la souffrance des hommes non reconnues par ceux-ci les conduit à avoir des comportements violents envers les autres, ou parfois contre eux-mêmes, ou encore des dépendances à l’alcool, aux drogues ou encore au sexe. Jacques Charland s’étonne que les intervenants ne soient pas assez bien formés à ces problématiques. «Beaucoup d’intervenants ne voient pas et ne comprennent pas cette souffrance. Ils préfèrent voir les hommes violents ou batteurs de femmes comme des criminels sans s’arrêter à comprendre pourquoi ils en sont arrivés là.»

    À partir de cette expérience sur le terrain, Jacques Charland voit en la construction de la masculinité des dangers que l’on refuse d’envisager même si les conséquences peuvent être terribles pour les hommes eux-mêmes, mais aussi pour leur entourage. Et pourtant continue l’auteur : «Je pense que pour devenir un homme on ne peut pas faire l’économie de cette douleur et de cette réflexion.» Pour celui qui a connu la souffrance des hom-mes de près, le fossé entre les hommes gais et les hommes hétérosexuels est artificiellement creusé et si parfois il s’élargit, il serait facile à combler. «J’ai vécu douze ans avec une femme et nous sommes restés très amis jusqu’à sa mort. Je vis depuis dix ans avec un homme, et ces deux relations sont pleines pour moi. Je me définis comme gai, mais je pourrais dire que j’ai vécu les deux côtés de la masculinité, celle de gai et celle d’hétérosexuel, peut-être que je peux mieux voir ce fossé que l’on travaille à creuser alors qu’en fait il n’existe pas. Hétérosexuel ou homosexuel, les hommes peuvent vivre les mêmes souffrances d’être un homme dans une société qui n’entend pas leurs peurs.»

    Jacques Charland veut secouer la cage, selon son expression, pour qu’un véritable débat s’ouvre sur la condition masculine et que des mesures soient prises afin que l’on tienne compte de la santé mentale des hommes sans avoir à intervenir lorsqu’il est trop tard. Si l’auteur reconnaît qu’il est important que la condition des femmes soit aussi mise de l’avant en termes de services et d’aide à mettre en place, il déplore qu’il n’y ait pas la même attention pour les hommes. Un débat qui paraît urgent, mais dont les éditeurs ne semblaient pas convaincus. Jacques Charland loue les Éditions de l’Espoir qui ont osé l’accompagner dans cette aventure peut-être inusitée mais au demeurant essentielle.


    
    Accueil Contact et commentaires Liens externes Prochains rendez-vous| Publications | Conférences | Entrevues | Faits Divers | Bibliographie | Parcours