colère des hommes
Conférence sur la condition masculine et la santé mentale. Consultations en créativité auteur, conférencier et consultant en créativité
  • Faits Divers

  • 
    Site web créé et réalisé par Carl Rioux : Sifacile.ca. ( CarlRioux@Sifacile.ca )
    14/12/2017





    Fronde contre la psychiatrie à outrance

    Enquête ● La nouvelle édition du DSM - 5, l’ouvrage américain qui fait autorité dans le monde de la maladie mentale, élargit le champ des troubles et des traitements. Ses opposants donnent de la voix.

    Fronde contre la psychiatrie à outrance
    Photo : Joël Saget. AFP

    Tous fous, comme le suggère le DSM - 5 (Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders, et 5 pour cinquième édition)? Dans quelques jours, vous aurez la réponse : la nouvelle bible du diagnostic psychiatrique sera rendue publique à l’occasion du congrès de l’APA (l’Association des psychiatres américains) qui se tient du 15 au 18 mai à San Francisco. Le DSM - 5 est l’ultime version d’un ouvrage qui règne sur la psychiatrie mondiale en décrivant, une par une, les 450 pathologies mentales qui nous menacent.

    Alors que faire ? Se cacher ? Et si nous étions tous un peu moins fous que les auteurs ne l’écrivent ? Car pour la première fois, la colère gronde, des pétitions et des manifestes circulent, y compris outre-Atlantique, pour «dénoncer cette psychiatrisation à outrance de nos modes de vie». Au point qu’aux Etats-Unis, le très sérieux National Institute of Mental Health prend ses distances.

    Frontière. «On doit se battre», dit avec force le psychanalyste Patrick Landman, qui préside en France le collectif «Stop DSM - 5». Et énumère les dangers qui nous guettent : «Non au surdiagnostic, non à la pathologisation de la vie quotidienne, non à la surprescription médicamenteuse.» On pourrait en sourire, comme on se moque du dernier jeu vidéo, dégager en touche et pointer le réflexe antiyankee, mais l’enjeu est réel. Et crucial puisqu’il concerne la frontière sans cesse redéfinie entre le normal et le pathologique. «C’est le triomphe du symptôme, la mort du sujet avec son histoire personnelle et singulière», insiste Patrick Landman qui ajoute, avec gravité : «Aujourd’hui, si vous voulez publier dans une grande revue psychiatrique internationale, vous devez passer par la grille DSM. En France, dans les universités de médecine, c’est la seule grille nosographique qui est enseignée. C’est elle qui façonne, c’est elle qui décide.»

    Querelles d’experts tatillons ? Pas tout à fait. Un exemple de ces implications quotidiennes : jusqu’ici, le deuil pathologique renvoyait à une souffrance de plus de deux mois. Avec le DSM - 5, ce sera quinze jours. «Je peux vous annoncer, dans les années à venir, de nouvelles épidémies avec ces nouveaux diagnostics», lâche le pédopsychiatre Guy Dana. Autre cas de figure, l’apparition chez les personnes âgées d’un trouble dysfonctionnel de l’humeur («trouble mental mood disfunction»). «Il y a une volonté de prévoir la maladie d’Alzheimer, pourquoi pas ? Le DSM - 5 crée ce symptôme, c’est-à-dire la survenue de petits troubles cognitifs avec l’âge. Ils vont faire des tests, les répertorier, et puis… On traite, mais on traite quoi ?» poursuit le Dr Dana. Un nouveau diagnostic nécessitant un nouveau traitement, le cercle vicieux est enclenché.

    Autre exemple, plus léger : vous avez trois ou quatre accès de gourmandise dans le mois. Est-ce grave, docteur ? L’hyperphagie surgit dans le DSM - 5. Ce diagnostic est construit à partir d’un symptôme qui se définirait comme un trouble des conduites alimentaires sans vomissement. Et hop, on vous diagnostique, vous êtes étiqueté, et pourquoi pas, on vous traite. «Aucun doute, dans quelques mois des articles dans les revues psychiatriques pointeront une épidémie d’hyperphagie», ironise Patrick Landman. Le danger est là. Avec le DSM - 5, le pathologique envahit toute la sphère du quotidien : tous les dix ans, l’usage de ce manuel agit comme une pieuvre qui prendrait dans ses tentacules tous les gestes de la vie quotidienne.

    Pourfendeur. Paradoxalement, l’attaque la plus sévère contre cette bible est venue de l’intérieur. Lancée par le professeur américain Allen Frances, le responsable du groupe d’experts qui a abouti à la publication en 1994 du DSM - 4. «Invité à un cocktail de l’American Psychiatric Association, j’y ai retrouvé beaucoup d’amis. Ils étaient très excités par la préparation du DSM - 5, raconte-t-il dans un entretien à la revue Books. L’un parlait d’une nouvelle possibilité de diagnostic, celle du risque de psychose. Il serait désormais envisageable de prévoir qu’un jeune deviendra psychotique. J’ai tenté de lui expliquer le danger d’une telle idée : nous n’avons aucun moyen de prédire qui deviendra psychotique, et il y a fort à parier que huit jeunes sujets ainsi labellisés sur dix ne le deviendront jamais. Le résultat serait une inflation aberrante du diagnostic, et des traitements donnés à tort à des sujets jeunes, avec des effets secondaires graves.» C’est comme ça que lui, l’artisan du DSM - 4, est devenu le pourfendeur du DSM - 5.

    Quand on l’interroge sur les conséquences du DSM - 5, Allen Frances répond : «Il faut faire très attention quand on pose un diagnostic, surtout sur un sujet jeune. Parce que, même s’il est faux ou abusif, ce jugement risque de rester attaché à la personne toute sa vie.» Et le psychiatre d’ajouter : «Les données épidémiologiques sont structurellement gonflées. C’est l’intérêt des grandes institutions publiques de recherche, aux Etats-Unis, de se référer à des données surévaluées. Cela leur permet de décrocher davantage de crédits. Les compagnies pharmaceutiques, elles, tirent argument des taux élevés pour dire que beaucoup de malades ne sont pas identifiés et qu’il faut élargir le marché.»

    On aurait tort de prendre à la légère ces dérives potentielles. Tout nouveau diagnostic cible des gens, qui vont ensuite recevoir des psychotropes. C’est une machine infernale», insiste Patrick Landman, qui vient de publier un livre sur le sujet (1). «Si au moins cela marchait», lâche-t-il. Dans les pays de l’OCDE, la consommation d’antidépresseurs a augmenté en moyenne de 60 % entre 2000 et 2009, et pourtant rien n’indique que le taux de dépression ait diminué. En Islande, plus gros consommateur de ces molécules dans le monde, le taux de suicide reste stable depuis dix ans.

    «Le plus grave, insiste Patrick Landman, c’est le règne de la pensée unique.» «Ce qui m’inquiète, conclut le Dr Tristan Garcia-Fons, pédopsychiatre, ce sont les ravages chez l’enfant. Le DSM -5 fabrique des enfants anormaux. Tout enfant qui s’écarte de la norme devient malade. C’est pour cela qu’il ne faut surtout pas se taire.»

    (1) «Tristesse Business, le scandale du DSM - 5», Max Milo, 12 €.


    Par : ERIC FAVEREAU
    www.liberation.fr






    Tous les faits divers

    "Je suis gay et mon compagnon me bat"

    Des hommes qui aiment les hommes mais ne veulent pas être qualifiés de « gay » choisissent un nouveau mot.

    Stéréotypes: deux écoles suédoises bannissent les termes "fille" et "garçon".

    Le Canada accueille des réfugiés homosexuels tchétchènes dans le plus grand secret.

    Faut-il réagir différemment à la détresse masculine?

    Être un homme... selon Michelle Blanc.

    Quand le culte du corps tourne au cauchemar.

    Le combat contre le djihadisme de Mourad Benchellali, ex-détenu de Guantanamo.

    Violence conjugale : quand les mots frappent autant que les coups.

    Les femmes ne sont pas les seules victimes d’agressions sexuelles dans l'armée.

    Une spécialiste du harcèlement sexuel se fait harceler par des cadets à Kingston.

    Une église crée une armée pour tuer les homos.

    Les leçons de Polytechnique.

    Il pensait son fils de 8 ans gay: tortures et meurtre.

    Hommage : Il y a plus de 250 ans, la dernière exécution d'un couple homosexuel à Paris.

    Iran: nouvelles exécutions d’homosexuels.

    Procès du directeur d’un camp de rééducation de garçons efféminés.

    Effacer la haine.

    Des hommes transformés en poupées vivantes.

    Un transgenre euthanasié après une opération ratée.

    Michel Barrette participe à un sauvetage sur le Pont Jacques-Cartier!

    Yémen: mariée à 8 ans, elle meurt lors de sa nuit de noces.

    Fronde contre la psychiatrie à outrance.

    Vague de commentaires homophobes sur l'internet .

    Un jeune gai porte plainte contre ses parents qui le dénigrent depuis sa sortie du placard.

    La police perquisitionne les bureaux d'un groupe gai à Harare.

    Des jeunes appellent à dénoncer les homosexuels lors d'une Journée de lutte contre l'homosexualité.

    Cérémonie en hommage à Jun Lin lundi.

    Nos hommes ont besoin d’aide.

    La science commémore Alan Turing, père de l'informatique, persécuté pour son homosexualité

    Les jeunes LGBT

    Le documentaire Bully reçoit la mention «Visa général» au Québec

    Recours collectif féminin contre la GRC

    Le père rédemptoriste Raymond-Marie Lavoie condamné à une peine de prison de trois ans

    Proxénétisme juvénile : cinq individus arrêtés, un sixième se rend

    Polygamie - La liberté de religion comporte des limites

    Des imams canadiens dénoncent la violence contre les femmes

    Déportation au Mexique d'un couple homosexuel : Un sursis obtenu

    Scandale chez les scouts

    L'Écosse sous le choc suite à la mort atroce de Stuart Walker

    Les « garçons jouets » d’Afghanistan

    Attentat déjoué contre une école en Floride


    
    Accueil Contact et commentaires Liens externes Prochains rendez-vous| Publications | Conférences | Entrevues | Faits Divers | Bibliographie | Parcours