colère des hommes
Conférence sur la condition masculine et la santé mentale. Consultations en créativité auteur, conférencier et consultant en créativité
  • Faits Divers

  • 
    Site web créé et réalisé par Carl Rioux : Sifacile.ca. ( CarlRioux@Sifacile.ca )
    14/12/2017





    Violence conjugale : quand les mots frappent autant que les coups

    Le Saguenay-Lac-Saint-Jean figure maintenant au sommet du palmarès peu enviable de la violence familiale au Canada, selon Statistique Canada. De la violence conjugale à la réhabilitation, un homme raconte comment il en est venu à réaliser la force de ses mots.

    Bruno Roussel et ses enfants.
    Bruno Roussel et ses enfants. Photo : Catherine Paradis, Radio-Canada

    Bruno Roussel a frappé un mur quand sa conjointe l'a quitté il y a presque deux ans. À l'époque, il ne comprenait pas vraiment ce qu'elle lui reprochait dans sa façon de parler. Il admet aujourd'hui que la relation entre lui et son ex-conjointe a commencé à déraper après la naissance de leurs deux enfants.

    « Ils appellent ça le post-partum. Moi, je ne croyais pas à ça. À la place de l'aider, je lui nuisais. Pour lui dire : "T'es pas supposée d'être faible; t'es supposée d'être forte. Tu viens d'avoir un bébé". »

    Les chicanes se sont multipliées. Le ton a monté. Les paroles ont fait mal. « Je pouvais lui dire : "t'es conne. Tu m'énerves. T'es ben pas lumière à soir. T'es rien qu'un paquet de troubles" », explique l'homme originaire de Dolbeau-Mistassini.

    « "Plus tu dis des mots violents, plus tu te fais respecter", c'était un peu ça que j'avais dans la tête. On a souvent vu nos grands-parents se chicaner à 60-70 ans, pour moi c'était une manière de vivre. C'était normal. »
    - Bruno Roussel

    Bruno Roussel en est ainsi venu à ressembler de plus en plus à son père biologique, qu'il a pourtant très peu connu. Sa mère, Diane Roussel, l'a quitté avant la fin de sa grossesse pour fuir les coups et les insultes. Trente ans plus tard, dans un élan de colère, c'est son propre fils qui l'a poussée.

    « Ça n'a pas passé. Je m'étais promis que plus jamais je ne me ferais bousculer. Plus jamais. »

    Des semaines de thérapie

    À 34 ans, Bruno Roussel a finalement décidé de se prendre en main. Il a participé à 21 rencontres de groupe, durant lesquelles il a appris à maîtriser sa colère et à s'exprimer sans lever le ton. « Oui, j'ai changé. Il me reste du chemin à faire, mais je suis sur le bon chemin », assure Bruno Roussel.

    « J'étais contente. Il aurait dû s'excuser bien avant. Je pardonne à ceux qui s'excusent. »
    - Diane Roussel, mère de Bruno

    Lutter contre la violence conjugale à la source

    C'est l'organisme communautaire Le Cran d'arrêt du Lac-Saint-Jean qui a aidé Bruno Roussel à s'engager sur la voie pacifique. Les intervenants qui y travaillent ont épaulé un nombre croissant d'hommes violents depuis cinq ans.

    « C'est sûr que lorsqu'on pense à la violence conjugale, on pense à la violence physique. Les campagnes de sensibilisation sont souvent axées là-dessus. En réalité, nous, c'est peut-être une personne sur cinq qui présente des comportements de violence physique. La majorité, c'est surtout la violence verbale et psychologique », explique le directeur du Cran d'arrêt, Jasmin Tremblay.

    Selon lui, les services d'aide et de prévention comme le sien permettent d'intervenir dans des cas de violence conjugale avant qu'ils ne dégénèrent jusqu'à l'intervention des policiers et coûtent encore plus cher à la société.

    « Les hommes se voient comme des héros de films d'action. Ils vont essayer de gérer de façon autonome très longtemps jusqu'à ce que ça ne fonctionne plus. Quand le gars a un peu le visage écrasé dans le mur et commence à craquer du nez, c'est là qu'il décide de revirer de bord. C'est à ce moment-là que c'est important d'être là pour eux. »
    - Jasmin Tremblay, directeur du Cran d'arrêt

    Le droit à une seconde chance

    Aujourd'hui, Bruno Roussel convient qu'il faudra du temps pour se défaire de l'étiquette de conjoint violent.

    « Quand les gens s'informent de moi, ils se disent souvent : "Ah, lui, il n'est pas fin avec sa blonde". C'est parce qu'ils ne me connaissent pas aujourd'hui. Ils me connaissent seulement dans mon passé. Tout le monde a le droit de changer », soutient-il.

    Il espère qu'en le disant haut et fort, il arrivera à convaincre d'autres hommes comme lui « de ne pas avoir peur d'aller consulter ». « On n'est pas mal vu, on est juste vu comme une personne qui veut changer. »

    Bruno Roussel et sa mère Diane.
    Bruno Roussel et sa mère Diane. Photo : Catherine Paradis, Radio-Canada

    Par : Catherine Paradis
    Radio-canada
    19 septembre 2015






    Tous les faits divers

    "Je suis gay et mon compagnon me bat"

    Des hommes qui aiment les hommes mais ne veulent pas être qualifiés de « gay » choisissent un nouveau mot.

    Stéréotypes: deux écoles suédoises bannissent les termes "fille" et "garçon".

    Le Canada accueille des réfugiés homosexuels tchétchènes dans le plus grand secret.

    Faut-il réagir différemment à la détresse masculine?

    Être un homme... selon Michelle Blanc.

    Quand le culte du corps tourne au cauchemar.

    Le combat contre le djihadisme de Mourad Benchellali, ex-détenu de Guantanamo.

    Violence conjugale : quand les mots frappent autant que les coups.

    Les femmes ne sont pas les seules victimes d’agressions sexuelles dans l'armée.

    Une spécialiste du harcèlement sexuel se fait harceler par des cadets à Kingston.

    Une église crée une armée pour tuer les homos.

    Les leçons de Polytechnique.

    Il pensait son fils de 8 ans gay: tortures et meurtre.

    Hommage : Il y a plus de 250 ans, la dernière exécution d'un couple homosexuel à Paris.

    Iran: nouvelles exécutions d’homosexuels.

    Procès du directeur d’un camp de rééducation de garçons efféminés.

    Effacer la haine.

    Des hommes transformés en poupées vivantes.

    Un transgenre euthanasié après une opération ratée.

    Michel Barrette participe à un sauvetage sur le Pont Jacques-Cartier!

    Yémen: mariée à 8 ans, elle meurt lors de sa nuit de noces.

    Fronde contre la psychiatrie à outrance.

    Vague de commentaires homophobes sur l'internet .

    Un jeune gai porte plainte contre ses parents qui le dénigrent depuis sa sortie du placard.

    La police perquisitionne les bureaux d'un groupe gai à Harare.

    Des jeunes appellent à dénoncer les homosexuels lors d'une Journée de lutte contre l'homosexualité.

    Cérémonie en hommage à Jun Lin lundi.

    Nos hommes ont besoin d’aide.

    La science commémore Alan Turing, père de l'informatique, persécuté pour son homosexualité

    Les jeunes LGBT

    Le documentaire Bully reçoit la mention «Visa général» au Québec

    Recours collectif féminin contre la GRC

    Le père rédemptoriste Raymond-Marie Lavoie condamné à une peine de prison de trois ans

    Proxénétisme juvénile : cinq individus arrêtés, un sixième se rend

    Polygamie - La liberté de religion comporte des limites

    Des imams canadiens dénoncent la violence contre les femmes

    Déportation au Mexique d'un couple homosexuel : Un sursis obtenu

    Scandale chez les scouts

    L'Écosse sous le choc suite à la mort atroce de Stuart Walker

    Les « garçons jouets » d’Afghanistan

    Attentat déjoué contre une école en Floride


    
    Accueil Contact et commentaires Liens externes Prochains rendez-vous| Publications | Conférences | Entrevues | Faits Divers | Bibliographie | Parcours